Quinze comédiens de la Compagnie SCÈNE 92 joueront la pièce
d’Albert CAMUS d’après Dino BUZZATI « UN CAS INTÉRESSANT ».

« Giovanni Corte, homme d’affaires surmené, entend ou croit entendre par intervalles, une voix de femme. Il refuse, malgré l’insistance de sa famille, d’aller passer dans une clinique une visite de contrôle, jusqu’à ce qu’on le convainque de s’y rendre à seule fin de visiter les lieux. Aussitôt pris en charge, il subit une légère opération et se trouve hospitalisé au sixième et dernier étage de l’établissement, réservé aux cas bénins. Mais pour des commodités d’hébergement ou des nécessités thérapeutiques, il est conduit à descendre d’étage en étage… »

En 1955, Georges VITALY est Directeur du Théâtre La Bruyère à Paris. Il s’agit d’un établissement privé parisien, au budget restreint certes, mais l’un des plus créatifs et actifs. Sa rencontre avec la pièce de Dino BUZZATI « UN CASO CLINICO » (dramaturge encore inconnu en France malgré sa pièce « LE DÉSERT DES TARTARES » (nouvelle littérature italienne, dont l’auteur est perçu comme le chantre des problématiques modernes, celles de « l’homme se débattant dans un quotidien irréel, inquiétant et fantastique »), fut le fait d’un heureux hasard au moment même où VITALY était justement à la recherche d’un manuscrit digne d’être mis en scène et plus particulièrement, d’un manuscrit traitant d’un sujet actuel, intéressant notre société.

Dans le même temps VITALY prit conscience qu’une version française du texte original ne pouvait se limiter à n’être qu’une traduction littérale, dont la « syntaxe asthmatique » affaiblirait la force du sujet et le dynamisme de la pièce. Il en vint tout naturellement, à CAMUS (déjà mondialement connu avec ses nombreux romans, dont celui de « L’ÉTRANGER » en 1942, « LA PESTE » en 1947 et la pièce « LES JUSTES » en 1949).

La passion pour le théâtre, la formation journalistique, la prédilection pour une écriture à la fois dépouillée et engagée, un penchant pour l’allégorie, mais aussi l’expérience traumatisante et déterminante de la maladie, étaient les principaux points communs qui unissaient objectivement les personnalités humaines et littéraires de Buzzati et Camus.

Camus accepta sur-le-champ d’adapter la pièce de celui qu’il saluait comme l’auteur talentueux du « Désert des Tartares ». Il réalisa l’adaptation, en quinze jours.

 

 

Espace Bernard Palissy
1, place Bernard Palissy, Boulogne-Billancourt

Les 4, 5, 6 octobre 2018 à 20h et le 7 octobre à 15h.

Tarif : 20€
Réduction pour les Boulonnais : 10€

Réservations au 06 32 96 94 69 ou sur le site Scène 92.