L'île Seguin

NOUVEAU HAUT LIEU DE LA CULTURE DE L'OUEST FRANCILIEN

l'ILE SEGUIN, SON HISTOIRE

L’Île Seguin – île naturelle de la Seine, comme celle de la Cité et de Saint-Louis à Paris – a une histoire façonnée au 20e siècle par l’emprise industrielle de Renault (anciennes usines de Boulogne-Billancourt) qui a quitté définitivement les lieux en 1992. L’Île Seguin a toutefois sa place dans l’histoire de Paris, et cela depuis le Moyen Age.

En effet, elle appartient, à partir du milieu du 12e siècle, à l’abbaye Saint-Victor, qui développe l’exploitation de la coupe des saules et d’osiers qui poussent en abondance. Au 17e siècle, une nouvelle route est tracée pour relier la capitale à Versailles. Un pont est construit en 1684, qui traverse l’Île Seguin et permet ainsi au cortège royal de voyager plus rapidement entre la cour et la ville.

Au 18e siècle, débute la période «industrielle» de l’île lorsqu’elle devient, pour un temps bref, une buanderie au service des hôpitaux parisiens. Abandonnée à l’époque de la Révolution, elle a le statut juridique d’un bien national et sert de dépôt pour les chevaux malades.

Le nom de l’Île Seguin provient de la personnalité d’Armand Seguin (1767-1835), chimiste et entrepreneur de tannerie. En 1801, on dénombre quelque 400 ouvriers sur l’île, qui travaillent le cuir sous toutes ses formes.

Même industrielle et dénuée d’urbanisation, l’Île Seguin constitue un motif de prédilection pour les artistes tout au long du 19e siècle. Ceux-ci saisissent les reflets changeant de la Seine, ses berges arborées et sauvages, les jeux d’eau et de lumière. Paul Huet, Corot, Sisley, Jongkind, Turner et Bracquemond, entre autres, transcrivent les instants magiques d’une nature changeante et paisible. La présence des artistes préfigure l’adoption de l’île par les citadins flâneurs qui viennent profiter de loisirs champêtres mêlant le bain, la voile et l’aviron aux déjeuners sur l’herbe.

Vendue par parcelles au début du 20e siècle, l’île offre l’espace nécessaire à différentes expérimentations techniques: essais d’hydroglisseurs, de planeurs, d’hydravions.

Fondée en 1899, la Société Renault Frères se développe à la vitesse du rêve d’évasion que promet l’automobile. Les premières usines à Billancourt ne satisfont pas toutes les commandes et les ambitions de Louis Renault. Celui-ci part à la conquête de l’Île Seguin dès 1919, en vue d’y construire une «usine vitrine». Consolidation des berges, surélévation du niveau de l’île, construction d’un premier pont puis d’un second, refondent le territoire sur lequel les usines sont construites, dotées d’équipements ultramodernes et généralisant le travail à la chaîne. Démantelées en 1974, les usines Renault fermeront définitivement leurs portes en 1992 en laissant passer – et ce fut une image mémorable – la dernière voiture construite sur le site.

(Sources: http://www.r4-ileseguin.com )

DE L'ILE INDUSTRIELLE A L'ILE CRÉATIVE, NUMÉRIQUE ET DURABLE

Depuis la fermeture de « l’île-usine » Renault en 1992, l’Île Seguin se métamorphose et accueille de nombreux équipements remarquables au cœur de l’écosystème des rives de la Seine et d’un pôle urbain dynamique. 

La Seine musicale inaugurée en 2017 fait vivre toutes les musiques au cœur d’un écrin architectural réalisé par Jean de Gastines et Shigeru Ban (Prix Pritzker 2014). Le lancement opérationnel de la pointe amont est prévu au printemps 2019 et verra la concrétisation d’un pôle culturel et artistique comprenant notamment une fondation d’art contemporaine, un cinéma multiplex dernière génération, un hôtel de la création « 1 chambre, 1 œuvre » et un programme de bureaux et commerces.

Des architectes de renom participent à ce projet : RCR arquitectes (concepteurs du Musée Soulage et prix Pritzker 2017) et Baumschlager et Eberle (concepteur de l’immeuble de bureau Ardeko sur le Trapèze). Ces créations architecturales dialogueront avec le paysage mis en Seine par Michel Desvigne, paysagiste de l’Ile Seguin.

 

A deux pas du métro 9 et du Tramway T2, l’ile renforcera son accessibilité avec la construction du nouveau Pont Seibert vers Meudon en 2021. De plus, une passerelle reliera la pointe aval à la nouvelle gare du Grand Paris Express. La Société du Grand Paris prévoit une mise en service en 2025 du métro automatique de la ligne 15 sud.

 

En attendant ces réalisations, le Pavillon sur l’Île Seguin ouvert du mercredi au dimanche après-midi,  invite les visiteurs à découvrir une fresque autour de l’histoire industrielle de l’île et une maquette sur les projets actuels, et propose des visites thématiques et des ateliers gratuits ouverts à tous.

 

Quartier 3 – Billancourt – Rives de Seine

Accès
– Piétons et cyclistes: par le Pont Renault depuis Boulogne-Billancourt et par le Pont Seibert depuis Meudon
– M9: Station Pont de Sèvres ou Billancourt
– T2: station Brimborion
– Bus: 160, 169, 171, 179, 279, 291, 389, 467, 26 station Pont de Sèvres

Pour toute information générale, contactez:

SAEM VAL DE SEINE AMÉNAGEMENT
696, rue Yves KERMEN
92100 Boulogne-Billancourt
T +33(0)1 46 08 83 83
F +33(0)1 46 08 83 99
Contact mail 
Site internet 

Pour toute information sur le R4: Contact mail 

fr_FR
fr_FR