Tête de proue de la Ligue de l'Imaginaire,
Jean-Luc Bizien a invité ses nombreux amis auteurs
à participer à l'événement « Il était une fois le Thriller »
à Boulogne-Billancourt du 26 novembre au 3 décembre 2017
et il en animera les tables rondes.

Avec sa personnalité inimitable, ce rôle lui ira comme un gant puisqu'il excelle aussi bien dans le thriller, le polar, le fantastique,
le roman historique que le jeu de rôle.
Pour lui, en effet, seul compte le plaisir d'écrire !

© Laura Munoz Hermida

©Françoise Manoukian

 


Votre premier souvenir « thriller » ? Votre dernier moment « thriller » marquant ?

 

Le premier souvenir marquant fut ce roman, dont j’ai envoyé le premier jet à Serge Brussolo, alors directeur de la mythique collection Présence du Futur, chez Denoël… Je me souviens comme si c’était hier de la joie ressentie quand Serge m’a annoncé qu’il désirait le publier. Le livre n’a pourtant pas vu le jour chez Denoël (ce fut aussi pour moi l’occasion de découvrir très vite les aléas de l’Édition) mais il parut aux éditions du Masque, en 2002, après avoir remporté le prix Fantastic’Art de Gérardmer.

Le plus récent – j’espère bien que ce ne sera pas le dernier ! – fut de contacter mes camarades de la Ligue de l’Imaginaire ainsi que d’autres auteurs formidables et de les voir réagir avec enthousiasme, en acceptant de participer à ce premier salon du thriller de Boulogne-Billancourt. C’est toujours un bonheur de se sentir soutenu, surtout par de tels talents.

 

 

Pourquoi faut-il assister à l’événement « Il était une fois le thriller » ?

 

Parce que les auteurs invités sont formidables et qu’il est rare de voir autant de talents réunis en un même lieu. Parce que le programme est passionnant – entre les tables rondes, les animations proposées et les séances de dédicaces et de rencontres, il y a fort à parier que chacun trouvera son bonheur.
Parce le thriller est le genre littéraire qui, aujourd’hui, nous parle de la vie, de l’Humain, du monde dans lequel nous vivons. Sous couvert d’intrigues tortueuses, d’histoires au rythme soutenu, le thriller nous invite à voyager, à réfléchir, à nous évader. C’est une littérature d’évasion, passionnante à bien des égards.

Et, par-dessus tout, parce que c’est une première et que ces moments-là sont importants.
Il y aura ceux qui y étaient… et les autres.

 

Thriller, policier, fantastique… où se porte votre cœur d’auteur ?

 

Pourquoi choisir ? J’ai aussi écrit de la littérature générale (chez Sabine Wespieser), des romans historiques (pour 10-18, dans la mythique collection Grands Détectives)…
J’écris aussi bien pour la jeunesse que pour les adultes et je prends chaque fois beaucoup de plaisir. Je n’ai donc aucune envie de privilégier un genre plutôt qu’un autre. Je crois au contraire qu’ils se nourrissent, qu’ils ME nourrissent.
D’autant que le seul sujet, celui qui me motive, c’est l’Humain. Je partage, au fil des livres, ma vision de l’existence. Je réfléchis à la place que nous occupons les uns et les autres, au rôle que nous pouvons jouer en l’espace d’une vie. Sous couvert de thriller, je m’interroge sur les aberrations de notre monde moderne et je tente, modestement, d’apporter quelques éléments de réponse.
Aux lecteurs de se faire une idée et d’avancer à leur tour.
Les salons comme celui de Boulogne-Billancourt sont autant d’occasions d’échanger et de comparer les points de vue.

 

Quand on vous dit « Boulogne-Billancourt », vous pensez à…. ?

 

Au rendez-vous des jeudi 30 novembre et vendredi 1er décembre !
J’ai hâte d’y être, d’y retrouver mes amis auteurs et de rencontrer les lecteurs qui nous feront l’honneur de venir !

 

Les derniers ouvrages de Jean-Luc Bizien